mardi 11 septembre 2012

Hollande esquisse un plan d'austérité


En 2011, en 2 mois au Sénat, les socialistes avaient créé près de 50 nouvelles taxes pour un montant dépassant les 30 milliards € !
30 taxes dans le Projet de Loi de Finances, 17 dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale.  Le PS est le parti de la contre-réforme et du sabotage systématique des efforts accomplis depuis 5 ans.

Pour le budget 2013, sont annoncés 10 milliards d’économies, 10 milliards de prélèvements sur les entreprises et 10 milliards sur les ménages.


La prévision de croissance a d'ores et déjà été ramenée à 0.8% pour l'année prochaine, bien en deça des objectifs avec lesquels il avait composé son programme présidentiel . Le candidat Hollande prévoyait alors pour 2013 une croissance de 1.7%.


Concernant le barême de l'impôt sur le revenu, lorsque la gauche était dans l’opposition, elle avait décrié cette mesure mais elle la conserve : le barème de l’impôt sur le revenu restera gelé, avec un système de décote pour les deux premières tranches. 


Le Président Hollande opte donc pour une fiscalité punitive pour ce budget 2013, tel est le sentiment qui ressort de son intervention du 09/09/2012 au 20h de TF1, filmée avec en fond une image de nuit noire choisie par TF1 alors que le soleil n'était pas encore couché. Mais sans doute le soleil avait-t-il choisi ce soir là de se coucher prématurément dans les studios de TF1, les nuages n'étant pas assez nombreux dans le ciel pour pleurer.

Terminons sur deux phrases de quelques personnalités illustres qui donnent leur opinion éclairée sur le socialisme, que nous retrouvons aujourd'hui dans notre pays:



  • L'erreur fondamentale du socialisme est de caractère anthropologique. En effet, il considère l'individu comme un simple élément, une molécule de l'organisme social, de sorte que le bien de chacun est tout entier subordonné au fonctionnement du mécanisme économique et social, tandis que, par ailleurs, il estime que ce même bien de l'individu peut être atteint hors de tout choix autonome de sa part, hors de sa seule et exclusive décision responsable devant le bien ou le mal. L'homme est ainsi réduit à un ensemble de relations sociales, et c'est alors que disparaît le concept de personne comme sujet autonome de décision morale qui construit l'ordre social par cette décision. De cette conception erronée de la personne découlent la déformation du droit qui définit la sphère d'exercice de la liberté, ainsi que le refus de la propriété privée. En effet, l'homme dépossédé de ce qu'il pourrait dire « sien » et de la possibilité de gagner sa vie par ses initiatives en vient à dépendre de la machine sociale et de ceux qui la contrôlent ; cela lui rend beaucoup plus difficile la reconnaissance de sa propre dignité de personne et entrave la progression vers la constitution d'une authentique communauté humaine.
Jean-Paul II (encyclique Centesimus Annus, 1er mai 1991)

  • Le socialisme ne dure que jusqu'à ce que se termine l'argent des autres. Je n'ai jamais oublié que l'objectif inavoué du socialisme - municipal ou national - était d'accroître la dépendance. La pauvreté n'était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l'effet délibérément recherché.
Margaret Thatcher

  • Le socialisme est une philosophie de l'échec, le credo de l'ignorance et l'évangile de l’envie.
Winston Churchill

Aucun commentaire:

Publier un commentaire